Blogue

Faire une petite escapade à Rimouski pour aller voir une de mes merveilleuses, une de ces femmes et amies si précieuse à mon cœur.  Inspirer l’odeur délicieuse du varek, me faire envelopper par l’air singulièrement rafraîchissant des grands espaces, regarder le bleu du ciel amoureusement épouser celui du fleuve; puis ressentir de la gratitude dans chacune de mes cellules.  Avoir des conversations profondes et si riches, dans lesquelles je peux me dissoudre en entier, sans peur d’être jugée ou non-entendue. Finir le café d’un matin étiré, couchée au soleil, en écoutant ma merveilleuse me faire la lecture de Femme Fleuve.  Un état de béatitude exquis; c’est en expérimentant tant de beauté qu’on se retrouve à penser qu’après tout, la perfection semble exister.

La Vie est douce, la Vie est belle. 

C’est si facile de s’y abandonner.

Faire le choix de terminer une relation amoureuse où le merveilleux ne semble plus avoir d’espace pour respirer.  Contempler ma responsabilité dans chacune des étapes qui a mené à la rupture, en ressentir tant de tristesse, et pour la première fois de ma vie, tellement de colère que j’aurais pu détruire un château à mains nues.  Avoir à déménager pour la troisième fois en 6 mois.  Être épuisée par les milles et un changements qui s’opèrent dans ma vie; c’est beaucoup d’adaptation.  Ressentir la force et la vulnérabilité danser en moi, comme le font les fruits et les légumes dans mon blender. Une tempête où le soleil est toujours présent, mais attend patiemment le moment opportun pour revenir donner son spectacle.

La Vie est rugueuse, la Vie n’est pas facile. 

C’est pourtant, le moment idéal de pratiquer l’art de s’incliner devant Elle.

Apprendre à apprécier le rythme naturellement lent de l’existence, même dans les moments difficiles. 

Apprendre à contempler entièrement l’expérience, même si cela veut dire ressentir de la souffrance et de l’inconfort. 

Apprendre à lâcher-prise, même dans un temps où avoir le contrôle, semble être la seule chose qui nous sécurise.

Apprendre à naviguer au travers du changement, en suivant les vents de la Vie, mais tout en gardant son cap.

Apprendre à risquer de choisir, encore et encore, devant l’inconnu partiel, mais pourtant grand comme l’Univers, des conséquences que nos choix auront.

Et surtout, apprendre à cultiver la gratitude, même en moments de grande contraction, parce que ces moments sont éternellement au service de grandes expansions.

En faisant ma couronne de fleurs séchées cette fin de semaine, durant l’atelier à la Ferme Pastel, je me disais que dans chacune des fleurs choisies pour la créer, il y avait les apprentissages récoltés dans les derniers temps difficiles de ma Vie.

Contemplez bien toute la beauté que cela peut donner.

*l’art de fleurir en tant qu’être humain

avec Amour,

Ka

Publications récentes

Où est la valeur d’une relation?

Où est la valeur d’une relation?

J’ai longtemps pensé, jusqu’à récemment, que les relations amoureuses que j’avais eu dans ma vie avaient moins de valeur que beaucoup d’autres, parce qu’elles s’étaient terminées. Je me suis tellement critiquée et incroyablement jugée à ce sujet. On nous apprend que...

lire plus
La peur du jugement

La peur du jugement

Presqu’à la seconde où je terminais mon deuxième live fb sur les polarités donner/recevoir, j’ai fait une prise de conscience importante. Afin de donner avec authenticité, nous devons être capable de recevoir la critique et le jugement. Si je veux me mouvoir dans la...

lire plus
la relation – au service de notre floraison

la relation – au service de notre floraison

Une relation peut littéralement nous en faire voir de toutes les couleurs; merveilleusement épanouissante jusqu’à crissement challengeante, le spectre est exceptionnellement large. Une relation épanouissante sera certainement perçue comme un défi à multiples reprises...

lire plus